28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 00:05

tristesse.jpg

Tout avait pourtant bien commencé

Une journée comme elle n’en avait plus eue depuis longtemps

Un soleil magnifique avait rendu le sourire au ciel de ce jour de Janvier

Elle avait déjeuné dehors en plein soleil, puis, elle était partie faire les boutiques.

Ce soir-là, elle était heureuse.

La soirée avait été agréable,

Soudain, elle avait vu que deux messages l’attendaient

Sa mère l’avait appelée

A sa voix, elle avait compris qu’il y avait un problème.

Trop tard, elle ne pouvait la rappeler

La nuit avait été difficile, elle n’avait pas dormi.

Elle pressentait ce qui allait être dit, comment pouvait-il en être autrement ?

Le lendemain, elle ne put la joindre, c’est elle qui finit par la joindre

Ce qu’elle entendit, la cloua sur place.

Elle posa des questions, écouta les réponses, essaya de contenir  les émotions qui l’envahissaient

Quand elle raccrocha, elle se demanda comment elle allait arriver à bouger

Elle ne sentait plus son corps

 Elle eut l’impression qu’elle allait tomber, il ne la portait plus.

Elle finit par être envahie par la tristesse, les larmes coulèrent, elle voulut crier, elle n y parvint pas

Elle devait sortir, il fallait qu’ elle sorte.

Elle commença à se maquiller pour retrouver apparence humaine

Son œil se remit à pleurer, en quelques secondes elle fut inondée

Ses yeux étaient noirs, son visage était noir, le mascara avait coulé

Comment parviendrait-elle  à tenir ne serait-ce que quelques heures

Elle ne s’appartenait plus

Ses yeux ne lui répondaient plus

Son esprit ne pensait qu’à Elle, et elle, elle ne pouvait plus rien faire

 

 

Elle entrait à nouveau dans un espace temps où elle n était plus elle

même...... 

 

Sa vie venait de s'arrêter, une fois de plus

 

Il y a une semaine, elle avait fêté son anniversaire.....

 

Aujourd'hui, elle ne pensait plus, ne riait plus...

 

Elle était en pilotage automatique.

 

Non, ne la touchez pas, elle ne s'appartient plus.

 

Au moindre choc elle s'écroule.............

 

Elle vient juste d'aprendre que sa maman est atteinte de son quatrième cancer.

 

 

P ♥J

Repost 0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 01:04

 

angel8

Souvent on en vient à penser que dans ce Monde de fous, il existe peut-être quelque part quelqu’un "fait" pour veiller sur nous.

Quelqu’un que l’on croise un jour, hasard ou destinée, et qui change tout, même la couleur du temps.

De là à penser qu’il s’agit d’un Ange……

 

Je suis certaine que ça vous est arrivé.

 

Un jour un "Ange", "votre Ange" paraît et votre vie semble "changée".

 

Et sûrement aussi, avez-vous été l’Ange de quelqu’un, une ou plusieurs fois, un Ange protecteur, celui qui aide à passer les torrents de larmes et de douleurs, à avancer

Si les Anges étaient tout autour de nous…….Et, si nous en étions un, pour quelqu’un

 

Faut-il y croire ?

Chacun porte t’il en lui de quoi aider l’autre, de quoi veiller sur lui ?  

Sont-ils, sommes-nous le dernier rempart dans ce monde ?                                                  

Il  me plaît de le penser, j’ai croisé des Anges, et parfois j’ai aussi été un "Ange" un temps

Je me demande si à la fin, il vient un temps où l’on se détache de " l’Ange"  en le "brûlant"…… Pour se libérer, sacrifie-t-on son "Ange" ?

 

J’en ai décliné une toute autre version, celle plus répandue de cet Ange gardien qui serait à nos côtés, et pourquoi ne pas imaginer le prêter à ceux à qui l’on tient ? 

                                                                             Après tout, c'est humain…….Je l’ai mis en mots pour TOI….

 

 

Il est comme ce prolongement de moi

 

 Qui te caresse et que tu sens parfois

 

Pourtant, jamais, tu ne saurais le toucher

 

Et, jamais, tu ne saurais l'approcher

 

N'imagine même pas l'apprivoiser....

 

En lui, tant de force et de douceur,

 

Tant d'affection et de chaleur,

 

Sa présence réchauffe ton âme et ton cœur

 

Te berce sous une pluie de tendresse

 

T’enveloppe pour effacer

 

Tout ce qui ici pourrait te chagriner.

 

Je le partage par la pensée

 

Avec ceux que je souhaite protéger

 

Il est dans chaque bruissement d'air,

 

Chaque murmure de l'atmosphère.

 

Son corps en "fausse absence"

 

Fait que je frissonne quand j’y pense

 

Son sourire me frôle

 

Quand son cœur s'affole

 

Et que cette angoisse

 

M'angoisse et m'emprisonne

 

Il est ce prolongement de moi

 

Qui, ici-bas, veille sur toi .....

 

 

 


P ♥  J


 


  


Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans Poésie libre ou prose
commenter cet article
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 00:59

 

livre.jpg

De ces jours passés, il lui reste des mots, des tas de mots, des mots qui roulent comme des cailloux sur une pente, des mots "tendresse" des mots "colère", des mots…..Tant de mots……                            Des fleuves entiers qui se déversent sans fin….

Une image fuse, celle d' Adam et Eve, elle pense à l'Eden, un sourire s'accroche sur ses lèvres......

Que de souvenirs.......Tant de souvenirs.....

Elle marche au dessus d'une prairie, aérienne, ses pieds ne touchent pas terre, est ce un rêve?

Elle  entend des oiseaux, voit une plage de sable fin, des palmiers, elle sourit, un homme nage au loin.....

 

Elle continue d'avancer et entend des rires, des tas de rires….         Elle les entend comme s'ils étaient là, autour d’elle, comme si ils l’enrobaient.                                                                              Elle sourit, elle vient d'entendre son rire….                                   Elle a souri juste un instant, puis, elle s'est souvenue que tout ça c'était avant, aujourd'hui tout ça, c 'est du "passé".

Parfois, elle entend encore le cri des mouettes ….Pourtant, aucune ne passe au dessus d'elle.....

Tous ces bruits, tous ces bruits si présents, sont des notes de musique qui racontent une histoire, leur histoire, son histoire....

 

Et il y a aussi toutes ces histoires qu’ils inventaient, elle vient de rire, elle vient de penser à celle du poisson rouge.

Et ce Rocher ? Où est donc passé son rocher ?               Elle n’en sait rien, sûrement oublié sur une plage, ou….                Qui sait?….C’est si près, c’est si loin.....

 

C’est tellement et c’est si peu;, pour un peu, elle pourrait tout avoir inventé, elle a de l’imagination….

 

Mais, il lui reste, une trace, une trace tangible.

Un livre, posé à plat dans sa bibliothèque..

Il reste là, inerte depuis des mois, mais il lui rappelle qu’elle n’a pas tout inventé…..

Tout ça est bien réel…

Elle le saisit du bout des doigts, le tourne, et sourit à nouveau

 

De tous les cadeaux qu’on lui a faits, celui-là ne paie pas de mine

Un vieux livre, aux pages jaunies, une vieille édition.

Un livre qu’il avait lu avant elle et dont il avait "ouvert" chaque page avec un coupe papier.

Il était recouvert d’un papier, un de ces papiers qu’elle avait eu envie d’arracher tellement il était vieux et laid.

Elle avait souvent hésité à le jeter, et, finalement, elle l’avait laissé là, elle ignorait pourquoi.

 

C’était la première fois qu’un homme lui offrait un livre….Ah non, c’est vrai, elle se souvient, elle avait une vingtaine d’années, un de ces amis lui avait offert un recueil dédicacé de ses poèmes…Pourquoi s’en souvenait elle maintenant ?….. Où était ce recueil ? Aucune idée… Mais, à l’époque c’était différent...…                               Et ce livre-ci, était dans un drôle d’état.                                Pourtant, pour elle, il avait été si important…

On lui avait offert des fleurs, des parfums des bijoux, on l’avait invitée dans de grands restaurants….Elle avait beau chercher, personne jamais ne lui avait offert un livre…Pourtant, elle les aimait et avait avec eux un "rapport presque charnel ". Elle adorait les sentir sous ses doigts, elle aimait leur odeur, leur texture, l’empreinte du temps qu 'elle y voyait.

C'était certain, les livres électroniques n’étaient pas faits pour elle.

Dans ce monde qui n’accordait d’importance qu’à l’argent, ce livre n’avait pas la plus petite valeur marchande.                                  

Mais comme pour tous les cadeaux de ce genre, il était inestimable ou du moins, il l’avait été pour elle.

 

Elle le regardait et souriait

A un moment, elle avait cru qu’il s’était perdu, mais un jour, elle l’avait trouvé dans sa boîte aux lettres, dans un petit paquet….Elle s’en souvenait comme si c’était hier…Elle se souvenait de chaque instant, comme elle se souvenait de son bonheur en le découvrant. 

 

Que de choses s’étaient passées depuis…

 

Ce livre, elle n’avait pas été pressée de le lire.

Elle voulait le garder et attendre.

Si elle l’ouvrait trop tôt, et commençait à le lire, elle se disait que tout pourrait disparaître.

Quand elle l’aurait lu, fini l’attente, elle saurait si l’histoire lui plaisait, il n’y aurait plus rien à découvrir. Et il n’attendrait plus qu’elle lui en parle.

Elle avait pris son temps.

C’était la preuve s'il en fallait une que cette "rencontre" était réelle.

Elle  avait fini par le lire, bien sûr, et elle avait vibré, aimant les personnages, les détestant, elle avait compris pourquoi il  le lui avait offert, il savait qu’il lui plairait, il ne s’était pas trompé.                 Il était très bien écrit et l’intrigue était bien menée, ce livre était un puits d’émotions. L’écriture était fine, les descriptions si vraies, elle avait reconnu les lieux où l’histoire se déroulait.

Ce livre restait une trace, comme une preuve, tout ça avait existé. Elle n’était pas un fantôme.

Les mots continueraient de se répandre, l’histoire continuerait d’exister, car on  n’efface jamais rien. Tout continue autour de nous, comme dans une bulle, à l’écart du monde, de notre monde.

Dans combien d'espaces temps vit on?

Chaque rencontre laisse ses traces, et rien ne disparaît jamais.

Elle existait, elle le savait

Elle souriait, tristement

Elle prit le livre, le rangea, ailleurs, là où elle ne le verrait plus….

Mais, elle le savait, il existait, il continuerait d’exister, et elle allait continuer sa route sans lui  ....

Comment? Elle l'ignorait.....                                                        Demain, elle y penserait demain....

Il y aurait encore des lendemains…..Elle le savait.....

 

 

 

 

P ♥J

 

 

 

Repost 0
12 janvier 2014 7 12 /01 /janvier /2014 01:42

 

 

IMG-20131230-06008.jpg

 

Il y a 17ans, tu naissais.

 

Je me souviens encore de cette nuit, cette fabuleuse nuit

1h30 du matin,  je suis à la clinique, en train d’accoucher

Les contractions sont de plus en plus fortes, et alors que tout est prêt tu refuses d’arriver.

Cette fois c’est certain, dans quelques heures tu seras là.

Reste à savoir quand.....

Mais, je t’attends.

Et toi, tu prends tout ton temps.


« Attends maman, finalement, janvier ce n’était peut-être pas une bonne idée, sembles tu me dire, et si on attendait l’été ? »

« Oui, mais là, ce n’est pas possible »

"Allez ma chérie, il va falloir sortir, je t’attends, nous t’attendons".


Les heures passent et tu n’es toujours pas là.

Pour moi, la seule chose qui compte c’est que tu arrives.

Seulement, si tu pouvais aller plus vite, ce serait parfait 

Mais, alors que ça fait des heures que je suis en travail et que la péridurale ne

veut pas fonctionner, je veux accoucher « normalement »

 « Ah non, pas de césarienne, non…. »

Ouf, finalement, tu te décides enfin, et sors le bout de ton nez.

 

C’est drôle, je te revois et je ressens ce que j’ai ressenti alors.

 

J’étais incapable de parler, je crois que je souriais et qu’une larme a roulé sur

mes joues, tellement j’étais heureuse, tu étais là, tu étais enfin là…..

 

Tu avais deux grands yeux qui tutoyaient le bleu et le gris et semblaient

regarder partout.

Ton père t’a appelé, tu as tourné ta tête dans sa direction.

On t’a posé sur moi, et je n’ai plus pensé qu’à TOI, je voulais être avec

TOI.

Le reste n’avait aucune importance…                                            

 Dès que tu es sortie, je n’ai plus eu envie de te laisser.

Quand tu étais dans mon « ventre » je te parlais, je t’appelais, je t’avais

apprivoisée.

Quand je t’ai vu, j’ai su que tu étais ce que la vie m’offrirait de plus beau.

 

Je n’ai jamais eu aucun doute, j’ai été mère à la seconde où j’ai su que j’étais

enceinte et  tu m’as faite maman en naissant.

Maman, je ne crois pas qu’il y ait un plus beau mot au monde

C’est le mot qui me rend "heureuse"

Tu es telle que je t’avais rêvée, telle que je te désirais

J’avais vu une image en 3D de toi quand j’étais enceinte de 6mois environ

je crois, cette image m’avait marquée, quand tu es née, je t’ai reconnue.

 

Tu as toujours eu de très grands yeux,

Des yeux qui déclinent toutes les nuances du vert au marron

Des yeux qui dévorent la vie

Des yeux rieurs, interrogateurs

Des yeux rêveurs.......

Quand une larme fragile

S’accroche sur tes cils

Mon cœur saigne et je n’ai qu’une envie,

Essuyer cette larme, l’effacer et  te voir sourire

Tu es la Vie,

Pleine de joie et de rire,

Combien j’aime tes rires....

Tu es faite pour le bonheur

Et tu es mon bonheur

Un nez parfait,

Un visage finement dessiné

 Que l'on ne peut qu'aimer

Un ange à l'air mutin

Qui du soir au matin

Offre à la vie ses plus beaux lendemains.

Que d'amour et de tendresse

Dans cette petite déesse

Dont les cheveux aux reflets dorés

Volent comme des fils d 'or

Je t’adore

 

17ans que tu fais mon bonheur

Alors aujourd hui, ma chérie, si des larmes roulent sur mes joues, c’est que je suis émue et bouleversée d’être ta maman.

Joyeux anniversaire  ma chérie

Ta maman qui t’aime.

 

PS : Tu es un vrai cadeau et le plus drôle c’est que tu l’es dans tous les sens car tu es née quelques jours avant mon anniversaire que rêver de plus ? Rien, tu  me combles  ♥

 


P ♥ J

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans AMOUR
commenter cet article
15 décembre 2013 7 15 /12 /décembre /2013 23:10

 

livres

 

Un soir de Décembre dans un appartement d’une ville du Sud de la France, une jeune femme est en vrac, dans son salon.

A ses pieds, le sol est jonché de morceaux de papiers, des petits bouts jaunis, où court une écriture tapée à la machine…..Une lettre ? A y regarder de plus près, on dirait des bouts de roman……

 

Sur la table, une lettre manuscrite.

 

"  A force de t’attendre, je me suis endormie sur ce livre ; tu sais, celui que tu m’avais offert une nuit, une nuit où le ciel semblait trop bleu et où il faisait chaud malgré le froid qui enserrait la nuit.

Réveillée en sursaut par des bruits de clés dans la serrure, j’ai cru que tu rentrais. Je me suis trompée.

C’était la voisine qui après une journée bien remplie, rentrait se coucher. Un coup d’œil sur le réveil m’a totalement réveillée.

 

4 heures du matin et tu n’es toujours pas rentré ! Aurais-tu oublié que nous avions rendez-vous ? 

 

De colère, j’ai pris ton livre, tu sais, celui….. Oui, bien sûr que tu le sais, tu n’arrêtes pas de me demander si je l’ai terminé.

Cette fois, je ne pourrai plus le finir, j’ai arraché toutes ses pages une par une (256 pages).                   Tu imagines un peu le temps que ça m’a pris, et comme c’était fatigant. Quand j’ai eu arraché toutes les pages, j’en ai fait des confettis, c’était long, mais ça m’a fait un bien fou…..Il y en avait partout, une neige de mots. J’ai mis un coup de pieds dedans, puis un autre, ça m’a fait rire.

Mais après,  je me suis rendue compte que j’avais fait une erreur. Je l’aimais ce livre, il était si romantique, si prenant, si envoûtant. Je t’ai détesté, c’est ta faute, sans toi, jamais je ne l’aurai mis en pièces….. En prime, jamais je n’en connaîtrai la fin.

Fatiguée,  je suis partie me coucher.

 

 

Si tu finis par rentrer, dors sur le canapé et surtout ne me réveille pas ! Demain, ramasse les confettis, jette les, prends toutes tes affaires, et surtout n’oublie pas de me rendre les clés avant de partir. "

 

 

 

 

P ♥J

Repost 0
10 décembre 2013 2 10 /12 /décembre /2013 00:26

 

                                              coeur

 

 

 

C’est comme un tango passionné et violent
 
 

Mon corps se tend,            

                                                                               Ma tête avance,conquérante,

 

 

Et, s'immobilise d’un mouvement sec                                                                                           

Mes yeux lancent des éclairs de feu                                                                            

Mon bras ordonne,                                                                                                                                         

Je me plante, face à toi 

 

 

Mes talons enfoncés dans le sol  

 

 

Ma main s ouvre et t'attend 

 

 

Tu la saisis, m’attires, m’enlaces 

 

 

La danse se fait sensuelle              

 

 

 L' assaut est passionnel.  

 

 

Juste quelques instants,                                                    

                                                                         

Puis mon corps se reprend,

 

Et dans un geste fou, s’éloigne et t’oublie.

 

Je te fuis, mes yeux ne te voient plus.

 

Mon visage est fermé, je me suis tournée.

 

Et c’est ton corps qui s’avance et revient me chercher.

 

Ta main me poursuit, me saisit, m’attire.                            

  

Mon corps, stoppé dans son élan,                                              

Entre à nouveau dans l’arène,.

                                                                             Le combat reprend, 

  

Séparation-fusion….. 

  

J’avance,                                                                            

Tu recules.                                                                                                                                                    

  Je te saisis,                                                                                                                                                  

Tu te rends,

 

 

   Je te quitte.

                                                                                    Je fuis,                                                                                                                                                     

Tu me cherches. 

   

Tu me saisis, 

    

Je résiste.

       

Tu insistes,                                                                                                                                               

 Je me rends….. 

  

Et, ce pas de deux,  

    

Passionné et violent,                                                               

Est, ce tango dément,                                                              

 Qui s'appelle passion

 

 

 


P  ♥ J

                                                                                                                                                         

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans poesie
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 00:38

 

01 01 2011 une envie

Dans un coin perdu,    

 

 Oublié de tous,

 

 Est un homme,

 

Que même le ciel écoute.

 

  Car, il a cette magie,

 

 Qui coule de ses doigts,

 

 Et embrasse la terre, 

 

Pour y faire fleurir

 

  Des bouquets de bonheur,

 

Tant il touche les cœurs….

 

Sa main tient un violon,

 

Dont il caresse les cordes. 

 

En ces heures fécondes,

 

Son archet sait aimer…..

 

   Lui, depuis longtemps, a oublié 

 

Quel chemin, il devait emprunter. 

 

Les notes jaillissent,

 

La musique s'élève,

 

Il se laisse habiter,

 

Emprunte des sentiers inconnus.

 

 Il sourit, seul, dans l'ombre,

 

Il s’abandonne.
 

 Il projette ses rêves d'ondes.

 

Le violon sous ses doigts,

 

 Il n’est plus là.

 

 

 


P   J

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans poesie
commenter cet article
8 décembre 2013 7 08 /12 /décembre /2013 00:14

mes roses 006

 

 

Il faudrait habiter une terre prise dans les glaces, loin de toute "civilisation" pour ne pas avoir entendu parler de la mort de Nelson Mandela (jeudi soir).

Bien sûr, tout a déjà été dit, sa vie s'étale dans la presse et sur les ondes depuis.

 

A 95ans, sa mort n'était pas une surprise, mais c'est tout de même, la fin d'un monde, ou plus exactement la disparition d'un homme hors du commun.

 

Vendredi matin, j'écoutais les actualités et j'ai vu les unes de nombreux journaux, dont celle de: "The New Yorker" avec un dessin de Kadir Nelson représentant Mandela le poing levé, plus qu'un symbole c'est l'essence même de Mandela qu'il montre.

 

      Mandela est un mythe entré de son vivant dans la mémoire du Monde....

 

Comme Martin Luther King et Gandhi, Mandela incarne la Liberté

Si l'on cherche un sens à la vie, sa lutte en est l'essence et le sens.

 

Alors, je voulais juste comme tous ceux qui restent touchés par celui qu'il a été, lui dire "adieu" ......

 


"Asimbonanga" Johnny Clegg, le zoulou blanc

 

P ♥ J

 

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans HUMEUR DU JOUR
commenter cet article
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 03:29

 

 

pixiz_529ff233d5e64.jpg

 

Il a …..

 

De ces colères

 

Qui déchirent le ciel

 

Il lance des éclairs,

 

Et ses coups de tonnerre,

 

Electrisent et déchirent l’air.

 

Le ciel, sagement, vire, du bleu au gris…..

 

Comme une bête blessée,

 

Réfugié, dans son antre,

 

Il s’est enfermé.

 

Il est, ce loup solitaire.

 

Par terre, plus la moindre fleurette.

 

La terre s’est glacée.

 

Le murmure givré d’une larme,

 

Roule et étincelle sur un rocher,

 

Que le temps a oublié.

 

Stalactite de son âme,

 

Poignard acéré, qui l’emprisonne…

 

 

 

Il est,

 

Ce bruissement troublant,

 

Qui soudain, enveloppe et réchauffe.

 

La vie renaît.

 

L’hiver s’en va et laisse place au Printemps.

 

Sur un parterre de fleurs,

 

Des couples posent leurs pieds,

 

S’agitent et glissent, enlacés,

 

Sous le regard bleu du ciel,

 

Pendant qu’un pianiste, chante,;

 

Accompagné d oisillons…..

 

Le soleil sourit,

 

Une vague de tendresse emplit l’air,

 

Et la laisse interdite et sans mot,

 

Quand la colère s’éteint,

 

Que le volcan s’endort,

 

 

Comme si rien n’était arrivé....

 

 

P ♥ J

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans poesie
commenter cet article
2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 23:57

 

                         HELLOCOTON badge

 

                 

 

 

                 Un instant d'émotion.


              Quelque part, hors du temps,


                   La caresse du vent,

               

                 Le souffle d'un instant,

               

                 Et le son d'un violon,


                Qui parle du printemps.

                   

                 Ma plume s'est posée

               

                 Balayant mes pensées.


                               Un cristal de rosée

                

                 Sur ma peau bleutée

                  

                     Dessine un sillon.

                      

                     Doux frisson,

                     

                    Ultime passion,

                 

                   La neige s'est figée,

               

                Le temps semble s'arrêter                                    

               Mon âme s'est embrasée

             

               Et mon corps enflammé

                    

                   Quand tes lèvres

               

                Sur mes lèvres ont osé

                 

                   Ce Baiser de feu. 


 

 

                        P  ♥ J

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans poesie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bella BW SWANN
  • Le blog de Bella BW SWANN
  • : Mon nouveau blog est ici http://bellabwswann.wordpress.com/ Mes articles migrent peu à peu
  • Contact

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez papillon06 sur Hellocoton

Recherche

J'ai le bouton Hellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !

Archives

Liens