17 février 2014 1 17 /02 /février /2014 22:32

 IMG-20130702-02264

 

On est toujours tout seul

Mais par temps de pluie

Quand le ciel s’embrase

Que la mer se creuse 

Quand la terre ruisselle

Qu'elle s'enfonce sous nos pieds

Ceux ou celui qui est là

 

Celui-là seul comptera

 

 

P ♥J

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans poesie
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 23:36

 

IMG-20140104-06107.jpg

Le passé,

Il voulut l’effacer

Au présent,

Il se fit absent.

Pour un temps,

Etre imparfait

Il se crut omniscient

Et oublia le temps....

Du futur, insouciant

Et défiant, le présent

En un tour de mains

Il n’eut plus de lendemain.

Et tout recommença

Il nia le passé

Refusa le présent

Hypothéqua le futur.

Au-delà de sa condition,

En se croyant plus que parfait

Inconscient du conditionnel

Il oublia hier,

Ne vit pas aujourd’hui

Et refusa demain

Quelle triste erreur de temps

 Il avait oublié l'essentiel.....

 


P ♥ J

 

 

 

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans poesie
commenter cet article
16 février 2014 7 16 /02 /février /2014 22:38

IMG-20140214-06322-001

 

 

Il avait fallu qu’elle y pense après pour s’en rendre compte mais le 14 Février 2014, avait cette magie mathématique qui semblait voulue par les cieux.

Ce jour-là, il fit beau, et ce fut un merveilleux hasard, ou était-ce la destinée ?

En tous cas ce répit, même s’il fut de courte durée, elle avait décidé d’en profiter.                                                  Désormais, elle profitait de chaque jour qui passait, surtout des jours ensoleillés dont elle se nourissait intensément.            

 La vie s’écrivait, la vie se vivait, elle n’avait pas de temps à perdre avec ces échanges sans conscience, ces blablas insipides et ces personnes qui ne refaisaient même pas le monde. Comme ces discours sans fins, l’épuisaient et l’ennuyaient, qui pouvait encore avoir envie de ces déserts de mots?


Il faisait beau, c’était le début du WE et elle s’était promis de s’acheter un gâteau dans cette pâtisserie du centre-ville, où un mur de chocolat coulait sans fin attisant les envies….

Futile ? Et alors, elle s’en fichait, c’était son désir et son plaisir et le  fait qu’on soit le 14 Février n’avait aucune importance.

Savoir si cette fête était commerciale ou pas, elle n’en avait cure.                                                                                                                                                 Elle descendit en ville, s’arrêta devant la vitrine et choisit un Coeur au chocolat.                                             C’était le dernier, elle eut de la chance, la soirée s’annonçait bien…..

 

En sortant, elle fit un détour par la place.

Il y avait des marchands pour fêter la St Valentin, dans cette ville romantique ou Peynet trônait….            Elle y fit quelques achats.

Au détour d’une allée, un commerçant lui proposa de goûter la spécialité "maison   

 

_"Qu’est-ce ?"

 

Il la regarda droit dans les yeux

 

_"Notre spécialité"

 

_Oui, mais encore ?

 

_ " faites-moi confiance"

 

Il avait belle allure, elle plongea ses yeux dans les siens, et sourit intérieurement

Intéressant, il avait l’air très rompu à cet exercice, il ne cilla pas….Décidément, il était prêt à tout pour vendre….         Elle sourit…..                                                  Jusqu’où n’allaient-ils pas pour vendre ?

 

Elle pensa au dernier homme qui lui avait dit            "faites-moi confiance", ce qui était certain c’est que cet homme-là n’avait pas mérité sa confiance, un vrai tartuffe d’opérette, un croisement de Casanova et de Méphistophélès …………      

Hey, il faut se calmer, là,il ne s’agissait que d’un chocolat, et ce risque-là était somme toute dérisoire

 

Elle accepta de prendre "cette bouchée" et trouva le nougat, c'était un nougat, délicieux…….

 

La soirée continuait sur une note de douceur

Belle journée que ce 14 Février

 

Ce soir-là, pour finir, elle dina dans un restaurant indien qu’'elle fréquentait, un peu cliché ?                                 Non,pourquoi? Il en avait eu envie, elle avait dit oui, et elle ne le regretta pas.                                               Elle se l’était promis, désormais elle profiterait de chaque jour de soleil…….

 

Et ce gâteau alors, ce cœur chocolaté ?

IMG-20140215-06334

Elle le dégusta le soir suivant et elle n’eut qu’une envie, la prochaine fois elle testerait un gâteau au chocolat noir, ce fut son seul regret, elle aurait aimé sentir le chocolat noir…..

 

Le lendemain, il plut averses

Et le Dimanche, elle s’émerveilla

 


P ♥ J

 

 

 

Repost 0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 00:44

 

IMG-20140209-06282

 

En sortant du Musée, elle passa devant cette vitrine qu’elle aimait tant. Une pâtisserie. Elle avait ouvert il devait y avoir un an ou deux….. Elle n’y avait encore jamais rien acheté, mais l’envie de le faire la démangeait.

Elle avait failli y acheter son gâteau d’anniversaire, mais elle n’en avait eu ni le temps ni l’occasion, puis, elle avait pensé qu’elle refêterait son anniversaire et cette fois qu’elle y achèterait son gâteau…Mais, la vie avait pris un tour moins gai, elle avait remis ça …..A jamais, je crois….Et, le souci restait le choix. Elle adorait le chocolat noir et c’était le lieu qui semblait adéquat, seulement toute sa maisonnée ne partageait pas son engouement.

En général elle achetait donc deux gâteaux, seulement là, ils étaient très chers.

Elle ne s’attendait pas à ce que cette pâtisserie soit ouverte aujourd’hui, elle vit de nouveaux gâteaux, et bien sûr, St Valentin à venir oblige, ils avaient commencé à faire quelques pièces spéciales pour cette occasion. Pendant qu’elle regardait la vitrine, d’autres personnes s’étaient arrêtées et avaient commenté les choix qui s’offraient à leurs yeux.

Soudain, elle s’chercha son mari…. Où était il? Il avait continué sa route.

Elle l’avait rejoint lui et lui avait demandé pourquoi il était parti

- "Tu veux un gâteau "

 

Boum, cette voix !!!!!!!  Comment ça si  JE  VEUX un gâteau…..                                                                     Vu le son de ta voix, je crois que je ne veux rien du tout (se dit elle)

-"Tu veux un gâteau"…. "Bon, alors ?"

Deuxième édition…..

_"Si je veux un GATEAU ? "                            Vu le son de  ta voix, si j’en voulais un, je n’en veux plus et même plus, "comment veux tu que je veuille un gâteau ?"On dirait que tu vas me dévorer toute crue ! Non merci, vraiment "                  Je crois que c’est la seule réponse admise…..Mais……….                    "je reviendrai dans la semaine, et je m’achèterai mon gâteau"   non mais….Quel mufle roooohhhhhhh

 

 

 

P ♥ J

Repost 0
10 février 2014 1 10 /02 /février /2014 00:21

 

IMG-20140209-06284

Le week end avait très mal commencé, d’abord, elle avait compris qu’il lui mentait, encore ! ...


Puis, elle s’était vue mourir, et enfin, il avait tellement plu ce Samedi-là, que la fin du Monde à côté, c’était presque Une vision de l'Eden ! Elle avait tellement pris l’eau que ses cheveux pourtant très raides, s’étaient frisés ! Quel Samedi !

Elle avait enfin trouvé le sommeil, un sommeil léger entrecoupé par de nombreux réveils, mais quand même…..                                  Il lui avait semblé, que le soleil flirtait avec son volet….Il avait rougi…..Elle fut d’autant plus surprise lorsqu’elle ouvrit son volet de sentir la chaleur du soleil. Elle avait résisté à l’envie qui lui avait pris de sortir sur la terrasse….Enfin, il était revenu, il était là…..

 

Elle avait hésité.

Il faisait beau, autant profiter du soleil, ces jours ci, il manquait cruellement à l’appel. Elle trancha, elle irait se promener au bord de mer…..Mais, à peine eut elle mis un pied dehors, qu’elle se ravisa, il faisait très froid, ciel bleu, vent et surtout, la neige était tombée très bas autour sur les sommets.


Elle se décida donc à se livrer à une de ces occupations très en vogue par ceux qui étaient "débordés" elle alla au Musée.

IMG-20140209-06286.jpg

Le lieu était magique et magnifique, Le château Grimaldi, transformé en musée, un lieu qui ouvrait sur la mer, vue imprenable sur le Cap d’Antibes, et la grande bleue…. Rien que pour ça elle adorait cet endroit, par contre, elle n’était pas très fan du cubisme. Mais elle avait dû travailler sur une des peintures les plus connues du Maître….Peut être verrait elle ses toiles d'un œil nouveau.

Elle passa une heure ou deux dans ce musée, vit des toiles dont elle n'avait aucun ssouvenir.                                                               Elle se fit la réflexion que les musées n’étaient pas toujours le meilleur endroit pour voir des toiles, on se sentait épié. Ceci dit, difficile de les voir ailleurs……

Ce qu’elle aimait dans l’art c’était le "passage des émotions", le " partage".

Elle considérait qu’un artiste se devait de faire ressentir quelque chose, de faire passer des émotions, mais il était évident, que ce n’était plus du tout dans l’air du temps. La technique, la technique supplantait souvent tout, dans un siècle où l’on rejetait toute "émotion" fallait il s’en étonner.....

Elle rit d’elle-même se penchant, se tortillant pour observer certaines toiles, cherchant un ordre aux formes qui se dessinaient et, elle sourit en regardant "un nu"……….Si elle souriait, était-ce une émotion ? Lui vint l’idée saugrenue que si elle se refusait à être le "modèle d’un nu" elle aurait détesté qu’on la dessine ainsi…Où donc était la tête ? C’était quoi ce "triangle  ? Mathématiquement, les "seins avant ou après les fesses", et dans quel sens…..Quel puzzle !…..                    Ceci étant, elle n’était pas "modèle", il était très célèbre et……………. Passons…..Ça lui fit penser à toutes ces conversations qu’elle ne finirait jamais avec ce peintre….. Elle sourit à nouveau…..

 

Elle fut très intéressée par les études, elle adorait tous ces croquis. Elle y voyait de la sensibilité, et elle ressentait des émotions, peu lui importait que ce soit celles qui étaient ou non "attendues", elle aimait regarder le détail et essayait de voir le lien avec l’abstraction, là, elle "sentait mieux l’artiste"…..

Elle regretta que dans ces salles les vitres fussent si sales, ça gâchait la vue….. Même si on n'était pas là pour regarder dehors.....

IMG-20140209-06238.jpg

Elle passa quand même un long moment sur la terrasse, face à la mer. Elle aimait cet endroit, les statues s’y intégraient étrangement bien, la vie s’agitait autour…..Ce lieu avait une réelle magie et poésie.

 

IMG-20140209-06290.jpg

En sortant, elle entra dans la cathédrale, des gens entraient et sortaient. Une femme faillit la percuter rouspétant après "ces gens qui étaient vraiment pénibles"….Qui ? Elle n y trouva pas le calme qu’elle pensait y trouver, elle en ressortit rapidement.

Il faisait froid, très froid. Elle ferma son manteau….

Elle s’éloigna et s’arrêta devant une vitrine…..

 

IMG-20140209-06282

 

P ♥ J

 

 

 

Repost 0
9 février 2014 7 09 /02 /février /2014 00:06

 

14032001 15

 

Cette nuit-là, elle ne dormit pas…. Une nuit de plus, diront ceux qui n’y connaissent rien, et que tout ça indiffère, centrés sur leur vie, la seule qui ait un prix à leurs yeux.

Elle ne dormit pas……Elle ne rêva pas et pourtant cette nuit fut une des pires de son existence. La pire de ses nuits de cauchemars. Son pire cauchemar à ce jour….. Cette nuit-là, elle se sentit mourir. Cette nuit-là, elle se vit mourir. Une bien étrange vision, violente, épuisante, alors que ses forces s’amenuisaient.

 

 Lorsqu’elle fut totalement lessivée, elle se dit qu’à ce stade, le sommeil l’emporterait.

Combien de jours pouvait-on tenir sans dormir?

A un moment où à une autre, elle finirait bien par s’écrouler, non ?

Son corps ne pourrait plus la porter, il la portait si peu déjà…..

 

Elle ne voulait penser à rien, mais sa journée avait été chargée, elle ne maîtrisait rien, plus rien, et ça ne datait pas d’hier……

 

Dans le noir, elle avait fermé ses yeux mais ……..Son esprit refusait de se mettre au repos…  Des jours que ça durait, parfois, il faisait un blackout apparent, supprimant pour un temps les informations les moins cruciales

   Son esprit essayait-il de la ménager, elle le pensait 

 

Mais, cette nuit-là….Tout fut différent…. Elle ne dormit pas, comme d’habitude auraient-ils dit……Mais…..

Une douleur la transperça et la cloua au lit.

Un bruit strident fendit l'air, il la poursuivrait longtemps….

C'est à ce moment précis, qu'elle se vit.

Elle était "au-dessus d’elle", comment ? Elle ne put y réfléchir….

C'était comme si Elle s'observait. Etait-elle morte?

Cette idée fusa.

Elle était allongée, raidie…..Et elle voyait son cœur, c’était comme si elle était aussi à l'intérieur d'elle même ! C’était son cœur qui se déchirait, vraiment, sensiblement, c’était palpable…..

Elle vit tous les tissus craquer lentement, les cellules exploser, c'était incroyable, et ce bruit, ce bruit la glacerait longtemps…

Cette douleur, une douleur aussi aigue que le cri de sa chair la pétrifia.

C'était comme si quelqu un avait enfoncé un pieu dans son cœur qui se brisait et explosait en même temps, elle eut cette sensation de brûlure, elle fut terrifiée….                                              Elle ne pouvait bouger……                               Etrangement, son rythme cardiaque s’emballait…

  Cette fois ci, elle allait y passer.                                                  Elle eut peur, elle eut mal, et comme toujours depuis 15jours, elle reconnut cette sensation : elle voulait hurler mais les sons refusaient de sortir de sa gorge, c'était comme si elle était devenue muette.

Ca faisait 15jours que son corps hurlait et tout autant qu’aucun son ne franchissait le seuil de sa bouche.                                      Elle était emmurée dans son silence, emmurée dans cette douleur, condamnée.

 

Cette nuit-là, son cœur s’était brisé et déchiré aussi facilement qu’une feuille de papier…..Cette nuit-là, elle s’était vu mourir, ça elle ne pourrait l’oublier….

L’épuisement gagnait du terrain, chaque organe tirait il la sonnette

D’alarme ?…..A ce rythme-là, qui pourrait inverser son destin, elle n’en avait aucune idée. Serait-elle là demain?

 

 

 

P ♥

 

 

Repost 0
8 février 2014 6 08 /02 /février /2014 00:27

IMG-20130702-02264

.

Les jours avaient passé….

Deux semaines, deux semaines, le temps n’avait plus la même longueur, il existait, il n’existait pas.

Les jours succédaient aux jours, parfois, sans qu’elle n'en ait aucune perception, juste, elle ne dormait pas et aurait pu compter ces heures où la fatigue n’arrivait même pas à l’assommer, ainsi, elle aurait tenu le compte des jours écoulés.

 

15jours d’une descente aux enfers, entre souffrance et impuissance.

 

15jours qui n’étaient qu’un prélude à ces mois qui l’attendaient, entre noir et noir, elle le savait

 

Et 15jours où elle avait pu mesurer l’absence………..

Une Absence qui signait la frivolité des êtres autant que leur superficielle apparence qui n’avait aucune limite…..Peut-on se noyer dans un tel néant ? Ca la dépassait et ça la dépasserait toujours.

Une chose était certaine, elle savait combien ces êtres ne méritaient pas un regard, pas un sourire, pas un rire et aucune larme……….  Qui peut être aussi léger pour se repaître de mots sans contenu, de commentaires si vides, waouh, quelle détestait ces " j’aime" qui n’aimaient Rien………Le plus amusant aurait été ces phrases qu’on avait osé prononcer, " je suis occupé ", ou " ces échanges m’indiffèrent, je m’en éloigne" le moins qu on puisse dire, c’est que ce n’était pas flagrant, loin de là….

.Sauf, côté "occupation": rires gras, ciné, restau, conférences, expos……C’est évident, elle y penserait la prochaine fois que             quelqu’ un à qui elle ne tenait pas lui apprendrait une mauvaise nouvelle, un drame, quand elle verrait un de ces "êtres superficiels" se noyer, elle serait occupée, très occupée:"le ciné, les magasins, un livre, un texte à écrire, un rv pour se faire maquiller, un spectacle drôle, une glace, une ballade, un coucher de soleil"………Elle ferait preuve d’une imagination sans borne….                                                   Désormais…. "Tuuuuuuuuut il n y a plus d’abonnée au numéro que vous avez demandé, je suis partie …..Je suis débordée, veuillez me rappeler……….Non, ne me rappelez jamais, c’est mieux…." ….Jamais elle ne pourrait faire ça à un être humain, même à son "pire ennemi" , mais, heureusement, le vide s'était fait naturellement, ces êtres superficiels étaient désormais ailleurs, elle ne les voyait plus, elle ne les verrait plus, ils n’existaient plus…..Avaient ils éxisté? Elle en doutait....Pas pour elle, impossible                                 Pourvu qu’elle n’entende pas leurs rires, sinon, elle …………..    Inutile, ce n 'étaient que des "pissenlits", on leur soufflait dessus et ils s'évanouissaient.Il n'en restait Rien

 

La journée avait été épuisante, stressante, Dieu que le stress l'habitait, des nouvelles, elle avait enfin reçu ces nouvelles qu'elle attendait, l'avenir était en marche, le combat allait commencer. Elle y pensait.............. Son esprit ne pensait qu'à ça..........

Mais, soudain, deux phrases percutèrent son esprit.......deux phrases qui n'avaient rien à faire là...... Pourquoi ces deux phrases de ces êtres qui habitaient désormais le néant? Ils ne méritaient pas de troubler ses pensées.......

"on est toujours tout seul", avait dit M "occupé", qui avait apprécié son aide, c'était presque amusant…….Elle l'avait vite évacué........Il ne lui manquait pas, elle y pensait et le trouvait léger, trop léger, passons........           Et l’antidote "Vous n’êtes pas seule" où était celui qui avait prononcé ces mots? Ah oui, il courait après ....... Aucun intérêt..........

 

 

 Quand il lui restait un éclair d’humour, elle se disait :                 " On vient d’habiller une princesse avec des haillons, Cendrillon, est sortie du bal"

 

Les mots avaient perdu tout sens.                                      Quand celà avait il commencé?                                

Tout avait basculé quand la vie avait ouvert le sol sous ses pieds

Désormais, elle le savait, tout serait différent

La vie avait pris un tournant, elle n'avait eu aucun choix à faire, à peine des rajustements si rapides que tout semblait réglé.

Il y avait un avant et l'après s'écrivait, même si aujourd'hui, elle avait cette sensation, que la vie l'emportait, la piétinait.....

La fatigue avait pris le dessus. Elle n'avait plus de force à mettre dans des pissenlits.....Elle leur souffla dessus......Envolés.......

Elle était seule ou  presque, face à son destin....On est toujours tout(e) "seul(e)",lui hurlait cette voix, mais, elle pensait...........                Oui, mais celui qui décide d'être là, ou mieux même, celui pour qui la question ne se pose même pas, il est là, celui là seul compte.....

 

Ses certitudes ......Entre ombre et lumière, elle ne savait plus        qu' une seule chose, elle était épuisée, mais, elle n'avait plus aucun doute, "celui qui était là, celui qui serait là, seul comptait......" elle avait perdu son temps avec des pissenlits........

Elle sourit un instant en y pensant, elle souffla encore une fois en pensée et ses yeux s'illuminèrent........Ne plus y penser, elle ne devait plus y penser, le chemin serait long........On n'oublie Jamais, elle le savait, mais eux, ils n'existaient pas, ils ne méritaient pas d'éxister....Même et surtout en pensée.

 

 

Des larmes faisaient la queue pour danser sur le fil de ses cils, une roula sur sa joue, doucement, il y en aurait d'autres, elle le savait, mais, là.........          

Elle entendit des rires, écrasa cette larme, sourit...... Elle était avec des jeunes femmes pleine de vie, elles étaient vivantes, heureuses, Elles, elles existaient.....Elle les écouta, éclata de rire et leur raconta des histoires, des histoires de ce passé, de ce temps où elle était la Vie, et même, elle se souvint de ce jour où.............

Les filles riaient, elle pleurait de rire....Ces moments étaient sans prix, c 'est à eux qu'elle devait se raccrocher, à eux et à lui, lui qui était là ou qui serait là.....Sans bruit.......Sans y penser, juste parce qu'il l'aimait.

 

 

 

P ♥ J

 

 

 

 

 

Repost 0
5 février 2014 3 05 /02 /février /2014 00:10

 

 

img075-copie-1

 

C’est l’histoire de deux hommes que tout oppose, deux amis

L’un devrait être à la retraite, l’autre l’est

L’un est styliste, l’autre est très occupé: expo, ciné, restau conférence, il n’a pas une minute

A une autre époque, ils auraient été ennemis jurés

D’ailleurs, parfois, ils s’accrochent, durement

Mais, ils sont " amis", des amis fidèles, et ensemble ils côtoient certaines personnes.

Le premier est impulsif, le second est un "diplomate, né", il ne réagit presque jamais, quelque soient les circonstances

Dire que ces deux-là, sont "amis", c’est une parfaite hérésie, et pourtant........

Ils ont les mêmes goûts, sont attirés par les mêmes femmes

 

Ils ont la même technique pour les approcher, mais l’un a un charme inné, il sait leur parler, les habiller et il écrit si bien, il a quelque chose de différent, provocateur, il sait faire vibrer la corde sensible, celle des sentiments, ça attire, il le sait, et s’il ne montre pas son portrait, jadis on le sait, c’était un "beau gosse"; l’autre est un charmeur, il utilise plus l’humour et la flatterie.Bien qu’ils soient si   " semblables" il n’a jamais été "beau", ou alors, plus depuis très, très longtemps, cependant, souriant et "gentil " ce qualificatif le suit partout, il sait se montrer charmant

Tous les deux ont de l’humour, presque le même humour, c’en est effarant.

 

 

C’est l’histoire de deux hommes que tout oppose  et qui sont "amis" et qui le resteront malgré leur trahison, quelle folie !

 

Ces deux hommes, un jour, rencontrent la même femme

Non, en fait, c’est le "beau gosse" qui la croise en premier, et elle lui plaît.

Enfin une femme qui dit ce qu’elle pense, ça le change, toutes ces femmes qui sont là à le regarder la bouche ouverte, qui se pâment pour un mot, qui applaudissent au moindre de ses gestes, ça le flatte mais, au final, c’est usant, lassant, des groupies….Aggrrr…

Elle, elle est différente, et ça, ça fait longtemps que ça ne lui était pas arrivé. Il avait fini par faire une croix sur ce genre de rencontre…..La rencontre, c’est Elle…..Il commence à s’en approcher, elle l'attire de plus en plus…..

C’est ainsi que le "diplomate" la remarque.                            Elle s’en doutait, et un jour, il le lui a "dit"…..                       A bien y réfléchir, on dirait deux prédateurs, à l’affût.             Il l’a vue avec son "ami", il la lui faut….

Elle en a l’intuition, mais tout ça reste inconscient…..Et pourtant, dès qu’il la remarque, il n’aura qu’une obsession, l’avoir, elle  est "à lui" ! Enfin, ça c’est ce qu’il se dit… Et ce qu’il lui dira plus tard, si souvent....


Elle est plus jeune qu’eux, elle est belle et si passionnée, il la lui faut. Cette nana est un aimant et sans le savoir, dès qu’il la voit, son histoire à Elle, prend un autre tournant.

Sans l’avoir cherché, par étourderie ou était ce "voulu" au fond, tout est possible, elle le lui dit, il ne l’intéresse pas, le styliste l’intrigue, elle a envie d’en apprendre plus, le "gentil" est juste "gentil ", elle sent qu’il veut l’approcher car son ami s’intéresse à elle, mais lui, ne l’intéresse pas du tout.

Ce qu’elle lui dit, est assez violent, même si elle ne le voulait pas, elle s’en excuse,c 'était très "mal venu". Elle est gênée, elle ne veut pas blesser, il ne lui a encore rien fait.                                       Le gentil pardonne, elle aurait dû se méfier….

Vont suivre des mois, même des années.                                         Elle continue de les côtoyer.

Le "créateur de mode", reste son "coup de cœur", elle l’apprécie et apprend à le connaître. Ils se disputent, souvent, se fâchent, souvent… Et, chose incognrue, il sait, il a compris que son ami le trahit et qu'il veut lui "ravir son coeur".......Il lui en veut, parl ede trahison, et veut le punir....Elle l'apaise....

Il y repensera souvent et souvent, il aura raison, alors, pourquoi restera t'il son ami?  Là, il se trahit!


A la première dispute, le "diplomate" paraît, il ne la lâche pas, une nuit entière, il  la retient……Il est passé à l’attaque si vite, elle n’a rien compris. Il est pressant, tendre, "amoureux"…..Il lui écrit de jolies choses, elle est pris dans un flot continu, elle perd pieds, il l’a dans sa main, quelques jours…..Ils ne se lâchent que quelques heures….Elle n’a pas le temps de réfléchir, elle oublie tout ou presque….. Et ……….. "Celui qui crée" réapparait, elle lui parle, le diplomate n’apprécie pas, il s’éloigne un peu, elle le laisse…

Ils s’éviteront quelques mois, et …….Finalement…….Il a détesté qu’elle lui préfère son ami, il veut se venger ou peut être tient-il à elle, si tant est qu’il en soit capable.                                              Aujourd’hui, elle le sait, il n’aura qu’une idée la reconquérir, l’emporter.                                                                       Dès le début, elle était une proie pour chacun d’eux, dès le début un enjeu entre eux, inconscient, inavoué, un enjeu pourtant.

 

A chaque dispute qu’elle aura avec le styliste, le "diplomate" sera là, il l’écoutera, la consolera, la prendra dans ses bras, à chaque fois….. Que cherchait-il si ce n’était pas Elle ? Il lui confiera ses secrets, tant de secrets, ses souffrances, tant de souffrances, elle l’écoutera, elle l’aidera ou elle essaiera.                                                         Comment, comment aurait-elle pu imaginer alors, qu’il n’avait qu’un but, les séparer et l’emporter, quelle que soit le prix qu’elle devrait payer.

 

Il se montrait amical, tendrement amical, jusqu’au jour où………Tout changea….A nouveau, il voulut l’attirer. Il fut très offensif, insistant, ne lui laissant pas un instant; cette fois encore, elle ne comprit rien…Quand elle ouvrit les yeux, il était trop tard … C’était différent pourtant, ou est-ce que c’était elle qui était différente et qui le tenait à distance, quelque chose clochait, elle le sentait…Elle le repoussa…..

Il était étrange, il lui fit le grand jeu. Il voulait qu’elle y croit…. Ses mots, ses mots……Tous ses mots, même ses intentions étaient incroyables….Elle s’était laissée prendre, en partie, mais, quelque chose l’alertait, inconsciemment, elle ne lui faisait aucune confiance. Elle le quitta, une fois, deux fois, et même trois fois ou fut-ce quatre fois ??? Elle l’ignorait, elle s’était sentie manipulée, elle avait détesté ça….

 

Le "créateur de mode" pendant ce temps-là, enchainait les erreurs, elle ne le comprenait plus, leurs disputes étaient de plus en plus "violentes", ils restaient fâchés de plus en plus longtemps ….Jusqu’au jour où il fit ce qu’elle ne put accepter. A trop vouloir s’entourer de groupies, il l’avait perdu, cette fois, elle partit, et ne revint jamais… C’était fini

Au début, l’ami était là, gentil, prévenant, mais, elle s’en détourna, elle n’avait plus de temps à perdre, elle les laissa….Ils parlèrent d’elle, mais aucun ne dit ce qui était, comment auraient-ils pu ?

 

 

 

Elle avait choisi de reprendre sa vie en main, elle n’avait pas besoin

 

de ces prédateurs et avait passé l’âge des enfantillages…..La vie

 

prenait une autre direction et sur ce chemin-là, elle irait sans eux.

 

 

 

P ♥ J

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans Petite Histoire
commenter cet article
31 janvier 2014 5 31 /01 /janvier /2014 13:14

 

01 01 2011 mer042

Elle vient d’entendre un bruit qui la réveille.

Sa première idée: un message,elle vient de recevoir un message.

Elle saisit son téléphone et le regarde

"Rien avant 5mois, il faut attendre, rien d’autre à faire, c’est tout, voilà "

Elle ne s’en rend pas compte, mais, elle repose son téléphone, et se rendort.

Quand elle se réveille à nouveau une heure a passé.

Elle se lève, pose ses pieds par terre, elle se sent assez solide pour marcher.

Ces jours ci, c’est plutôt bon signe.

Elle a du mal à  tenir debout sans que le sol ne s’ouvre sous ses pieds et qu’elle se sente tomber.

Elle pense au message, bien sûr, elle sait qui l’a envoyé, même si elle se rappelle qu’étrangement, elle n’a pas vu de nom….Elle est épuisée, en "pilotage automatique", et le moins qu'on puisse dire, c'est qu il y a des ratés.

Elle commence à s’affoler, elle pense à tout, aucun traitement possible avant 5mois, ça ramène à l’été, c’était urgent, 5mois c’est trop long, trop long…..

Elle prend son téléphone, cherche le message….

Elle  cherche partout, rien !                                               Où est passé ce message ?

Elle n a pas pu l'effacer, c est juste impossible                       Elle ne comprend pas.

En y repensant, elle se dit que c’est étrange, ce message finissait de façon abrupte, ça n’est pas Sa façon de faire, même aux pires moments.

Il n y a de toutes façons qu’une seule chose à faire: téléphoner

C’est ce qu’elle fait.

Elle ne pensait pas parler du message, elle n’en aura ni le temps, ni le besoin.

"Bonjour, il y a des inondations, nous sommes bloqués, il a fallu faire demi-tour, mais on a eu des nouvelles, tout se fera chez nous, j’ai rendez-vous la semaine prochaine …."

La conversation se déroule, elle écoute, pose des questions, embrasse et raccroche….

 

Il n’y avait aucun message, ce matin, elle a "rêvé" ……

L’attente recommence…..Elle est juste épuisée  

Il faut qu'elle se reprenne.

 

 

P ♥ J

Repost 0
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 23:51

 

IMG-20131221-05210.jpg

 

Elle se promène dans la rue, quand, tout à coup, elle aperçoit une vieille connaissance….

 

«Bonjour  John, comment vas-tu ?  Ça fait si longtemps que je ne t’ai vu»

 

« Bonjour Marie, je suis un peu triste…Tu es au courant n’est-ce pas ?

 

« Au courant ? Au courant de quoi ? »

 

« Tu sais bien ? Oui tu le sais, bien sûr que tu le sais…..Il est mort ? »

 

« Je sais quoi ? Tu pourrais être plus précis ? Tu es bien mystérieux, qui est mort ? Ton chien ? »

 

« Mais, non, qu’est-ce que tu me racontes, lui, enfin tu sais bien, non ? »

 

« Non, aucune idée, vraiment, je ne vois pas…. »

 

«  Geige ? Geige est mort, tu l’ignorais ? »

 

« Ah oui, il avait quel âge ? Tu as l’air affecté. C’était son heure, il était vieux, enfin, c'est dans la nature des choses, tu as failli me faire peur ? »

 

« Mais enfin, tu ne ressens rien ? Pourtant, tu l’appréciais ? »

 

« Non, ça ne me fait Rien, rien du tout, il y a longtemps qu’il était mort pour moi" rire "Mais, maintenant que tu m’en parles, je me souviens »

 

« Alors là, je suis soufflé ! Ca ne te fait absolument rien, et tu souris ? »

 

« Pourquoi voudrais tu que ça me fasse quelque chose, ce type n’était qu’un dragueur….Il aimait les jeunes femmes, non, il aimait toutes les femmes, jeunes, vieilles, il croyait toutes les connaître, il n'y connaissait rien. C’est même très drôle ! »

« Je me souviens de notre rencontre, je n’avais pas apprécié ce qu’il avait écrit, et lui avait apprécié mon commentaire. Il avait une plume agréable, c’était sa façon d’attirer les nanas. Il les courtisait à grand coup de poésies, de petits présents….…Un drôle d’énergumène. Qu’est-ce qu’il a pu m’énerver ! Mais le pire, c’est qu’ un jour, j’ai compris qu’il passait son temps à mentir et qu’il agissait avec toutes les femmes de la même façon….J’ai ri un temps, j’ai souvent "pleuré"     mais au final, il était vide…Je me suis lassée..Et puis, il t’avait parlé de moi, de notre relation, et ça il n’aurait pas dû….Alors oui, j’ai encore certains de ces mots quelque part qui dorment, et peut être ses présents, mais de lui je ne retiens rien, juste, je pense à cette phrase qu'il me disait sans cesse: 

"Faites-moi confiance" lui faire confiance à lui ?                           A chauqe fois que je pense à cette phrase je vois ce serpent Sherkan, et j'ai l'impression que l'on veut m'hypnothiser, crois moi, c'est une phrase qu'à l'avenir il vaudra mieux éviter avec moi.......Non, ça, jamais, je l’ai compris trop tard, mais à lui, il ne fallait pas faire confiance….

Mon Dieu, quand je pense à toutes ces nanas, tu te souviens ? Il y en avait une, elle le prenait pour un Dieu, c’était "tellement trop", je me demande encore comment il pouvait la supporter, au fond, elle ne l’intéressait pas, comme toutes, mais il aimait tellement qu’on l’admire….Qu'on le flatte.....C 'est drôle, en y repensant aujourd'hui j'en souris, le temsp a passé......Je l'ai "oublié"

Vous étiez si semblables, ça en était drôle.

Et il faut dire que vous étiez tous aveuglés.

Au moins je lui reconnais un don ! Il savait vous embobiner….Tu vois à l’époque il me demandait

« Vous me pleurerez quand je serai mort ? »

Je le remercie, il s’est si mal conduit, que je n’ai plus une larme pour lui………………

Au contraire, aujourd’hui quand je pense à tout ce que je sais de lui, tout ce que j’ai compris et à toutes ces nanas je suis vraiment « mdr » comme il aurait dit, oui, je suis pliée de rire !

Le pleurer ? Il n’a jamais été capable de m’appeler par mon prénom ! Alors, pourquoi devrai-je pleurer ? Il n’était rien pour moi, absolument rien                                                           A une époque, dieu sait pourquoi, il voulait que je prenne des cours de danse, tu imagines ça ? C’était drôle, il voulait même l’offrir la "tenue"  enfin, il le disait, j’en rigole encore……                         Une autre fois, il m’a demandé si je jouais encore du piano !        Je n’ai jamais joué, ce n’était pas moi !  Tu imagines ça                                                                                                 En y repensant, il s’est tant de fois, pris les pieds dans ses mensonges…Aujourd’hui j’en rigole, à l’époque, je ne riais pas toujours. Incapable de discuter et pour cause, il savait qu’il avait  tort et qu’avec moi ça ne se passerait pas ainsi….

 

Avec toi je m’accrochais souvent et nous recommencions à nous parler, jusqu’à cette fois-là, cette fois où c’était trop grave pour moi….

 

Lui, non seulement, il m’a trahie et menti mais il n’a pas été là quand il aurait dû ………Comme toi au fond….Mais lui………….

 

Non, vraiment je ne pleurerai pas sur sa tombe………….Je ne suis pas triste. Pour moi il est mort il y a des années. Et j’ai avancé sans lui mais plus forte encore…."Sourire et éclats de rire…..              "Je suis ravie de t’avoir vu, oui, car aujourd’hui je sais que tout ça est bien fini, je ne ressens rien, pire, j’ai envie de rire et je me sens légère. J’ai été la seule à lui tenir tête, vous, toi, il vous a tout fait, il t’a tout fait et tu as tout pardonné, il a dû en rire !

Moi, il ne m’a jamais domptée alors oui, je suis heureuse et sa mort ne me fait rien »

Juste, je serai curieuse de voir la tête de ses nanas et surtout de voir qui est encore là, ah oui, y aura-t-il Mme "Lune deMiel", Mme " La vie des Animaux" Mme "Vive les Bisounours" et les autres, tant d'autres, rire....Ah oui, j’aimerai voir ça….Rire, ça va être très drôle et puis peut être une ou 2 jeunes nanas dont il avait tiré le portrait ….

 

Excuse moi, j’ai bien ri mais je suis pressée, j’ai un Rendez-vous, au revoir et ne pleure pas trop» ........

 

Je n’irai pas, il est mort il y a des années pour moi, et j’en suis heureuse, car là, je ne ressens rien….. Salut

 

 

P ♥ J  

 

 

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans Petite Histoire
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bella BW SWANN
  • Le blog de Bella BW SWANN
  • : Mon nouveau blog est ici http://bellabwswann.wordpress.com/ Mes articles migrent peu à peu
  • Contact

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez papillon06 sur Hellocoton

Recherche

J'ai le bouton Hellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !

Archives

Liens