2 décembre 2013 1 02 /12 /décembre /2013 00:53

pixiz_529bd08748d15.jpg

C’est un Dimanche d’automne où le ciel n’en finit plus de pleurer.              L'âme s'embrume à l'unisson.

 

 Le ciel à ce côté " fin de monde", que l’on aime et déteste tout autant.

Il est d’un gris argenté, une luminosité quasi irréelle, que nul ne saurait peindre….. On s’attend presque à ce qu’il s’ouvre et nous " aspire"..........                                                           Pour nous offrir l'Eden, qui sait, ou peut être l'Enfer...

                                                                                                  L’air est trop froid, chargé de ces cristaux glacés…La neige n’est pas loin, elle flirte avec les sommets ………On la pressent

 

Ca y est, les flocons sont tombés

Où est le ciel, où est le sol ?

Le temps s'arrête, la vie aussi s 'arrête un moment....

Il n y a plus le moindre bruit; puis, doucement elle reprend son cours. 

 

 C’est l’Après Midi, j’ai mis mes bottines et mon long manteau. Emmitouflée, le col remonté, je me fais l’effet d’une héroïne russe qui va sortir sur un sol enneigé…….

Il est tôt mais il fait presque nuit..                                        

Je vais me promener dans ce bois, celui où nous étions dimanche dernier. J’avance, le sentier est gelé….                                   Je suis seule ou presque. Ça ne me gêne pas. Tout est tranquille, même les oiseaux sont absents…Etrangement, je ne sens pas grand-chose, J’ai cette impression qui ne me quitte pas, tu m’enveloppes, faisant un écran entre moi et le froid.                                                                                                                     Je n’ai pas froid, je ne ressens rien....Pourquoi? Tu devrais me manquer.....    Je suis seule......Mais, rien, je ne ressens rien.           

Je continue d'avancer,  je ne pense à rien....

Je suis comme le paysage et le temps, "comme en attente" ....

 

Me voilà arrivée près de la pagode, tu sais, celle que nous avions

vue il y a une semaine ……

 

Une semaine, ça me semble si loin et si proche….Une semaine, un

frisson me parcourt....

.Aurai-je froid ? Je souris.

Non, le froid ne me mord pas.

Un instant j'ai pensé à tes baisers, puis plus rien.                   Cette sensation fugitive est si étrange

 

J’arrive devant cet arbre, immense, majestueux, celui contre lequel

tu m’avais collée....Et...Rien, absolument rien, aucun sourire ne

s'accroche sur mes lèvres, aucune larme ne roule sur ma joue, aucun

pincement au cœur, le '"néant"......

Juste, il est blanc, tout blanc, je sors la main de mon gant, je

la plonge dans la neige.

A son contact, je me réveille, je rigole, je viens de

penser à la Belle au bois dormant........Drôle d' idée....

 

Tout me semble si irréel. Je suis étonnement calme. 

Il est encore tôt mais il fait si noir, pas un bruit, personne, je préfère

rentrer.

 

Je viens d'ouvrir ma porte quand  je reçois ton message:

 "Tu m'as manqué, je serai là dans deux heures, je........"" 

Cette fois encore, tu n'as pas fini ta phrase, et, j'ai souri....

 

 Et d’un coup, tout revient, tout ce que j'avais refoulé.

 Durant toute ton absence, je m'étais enfermée, coupée de mes

 émotions pour ne pas souffrir du manque, j’ai eu peur, peur de te

perdre et là......Je ne sais qu’une chose, tu m'as manqué, atrocement

manqué et je me l'étais interdit.

Je pleure et je ris en même temps.

Je m'essuie les yeux, je t'attends.

 

"Tu es la vie" m'as-tu dit..........                                             

Et la vie coule à nouveau dans mes veines.

 

 

 

P  ♥ J 

 

 

Repost 0
26 novembre 2013 2 26 /11 /novembre /2013 15:15

 

otarie joueuse

Il s'approche de vous, avec ses gestes doux.

 

Vous entoure de fantaisie et de milles couleurs.

 

Il vous offrirait bien mille et une douceurs.

 

Et vous glisserait quelques mots trop doux.

 

 Il traite chacune d'entre vous, de la même façon.

 

 Chacune est la seule, l'Unique

 

Il n'adore que VOUS

 

Tout ce qui vient de VOUS est beni

 

Il aime VOS sourires, VOS rires

 

Même vos colères...

 

Tant qu'elles sont éphémères....

 

Il a tous les droits, vous n'en avez aucun

 

Parfois, il semble si sincère....

 

A trop vouloir comprendre, finit-on par tout entendre?

 

A trop vouloir cacher, finit-on par tout perdre?

 

A moins qu'il ne se perde

 

Et ainsi, finisse par vous perdre...

 

A force de trop jouer

 

Les forces vont lui manquer...

 

Que pourrait il expliquer?

 

Il n y a rien à expliquer......

 

Vous n'êtes rien du tout

 

Il a tout joué, même les jaloux

 

Mais de VOUS, il s'en fou

 

Des femmes, il n'a rien appris

 

Mais il leur a tout pris

 

Vous le trouviez Unique

 

C'était juste le nouveau Tartuffe

 

 

P ♥ J

 

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans HUMEUR DU JOUR
commenter cet article
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 22:55

 

Photo camargue Toussaint Arles temps SAMEDI3010 PLUIE 002

 

C’est un jour gris au début de l’automne, où le soleil semble n’être plus qu’un lointain souvenir….

On se délecte  encore des derniers souvenirs de ces jours d’été, ces jours d’avant, si loin de toute la mélancolie qui ruisselle sur terre comme la trace éphémère des larmes du temps.

C’est un de ces jours, où la colère a fait tomber toutes les digues

Une escalade de mots....Jusqu’où est on allés ? Quand tout a-t-il basculé ? Quel mot a tout fait basculer ?

On ne sait plus, on a tout oublié, la colère est un tsunami, il ne reste que les ruines d’un passé, rien à quoi se raccrocher......Aucune racine...  La dernière branche est cassée, et dans ce torrent de boue, nous voilà emportés, ne sachant ni où ni comment, ni même si, nous y survivrons… Et l’eau s’arrête de nous malmener, elle se retire et nous sommes là, face contre sol, ignorant tout de ce qui va arriver…..      Comment aurions-nous pu le savoir ? Qui aurait pu le savoir ?

 

Le jour d’après, fatigués, harassés, l’âme en friche et le cœur en rade………..Il se produit, quelque chose d’incroyable….Rien ne se passe  jamais comme on s'y  attend, c'est tellement vrai........Et, soudain, tout semble renaître, doucement tout doucement…..Et c'est ce jour-là, ce jour d’automne, qui nous cueille, dans un bois, quasi désert, un début d’après-midi….

Une maison de bois, une pagode chinoise y est cachée, nous voulons y entrer, elle est fermée. Nous en faisons le tour ….Nous sommes deux….Main dans la main, ceux qui la veille se sont déchirés, grelotent dans ce jour humide et mouillé…..La pluie dessine un voile sur son visage, à ne plus rien y voir, les larmes du ciel accrochés à ses cils, ont si peu d’effet, ils sont dans les bras l’un de l’autre….Il l’embrasse, elle se blottit contre lui…………..Ils s’adossent à un gros chêne….Ils ont froid mais ne semblent pas s’en rendre compte…Le bois est presque désert, de toutes façons on n’y verrait qu’eux, ils sont hors du temps, hors du monde, dans une bulle…..Je la vois sourire. Qui imaginerait qu’il y a quelques heures ils étaient séparés, ils s’étaient quittés. Le temps n’était pas venu, il avait un autre plan…A bien les observer, je me dis que c’est vraiment mieux, ils ont l’air si bien ensemble, on a l’impression de n’en voir qu’un….Elle est si petite, rayonnante malgré la pluie….C’est sûrement ce qu’on appelle la fusion….En tous cas ça crépite en eux et autour d’eux, tant que  je m’attends à voir un feu d’artifice…. Est ce ainsi l'amour? Est ce la passion?                                 Comment se fait-il que j’observe tout ça, elle, c’est moi, et j’observe la scène…

" J’ai froid, rentrons, tu veux bien"……….. Je viens d être parcouru par des frissons glacés.... Nous partons, le sentier connaît le chemin, je ne vois rien, il fait nuit si tôt aujourd’ hui, je suis bien.......

Je n'ai qu'une pensée, nous aurions pu ne pas vivre ces moments, c'est incroyable......D'ailleurs, je me pince....Aie....C'est donc bien vrai.....

 

 

P ♥ J

 

 


 

 

 

Repost 0
13 novembre 2013 3 13 /11 /novembre /2013 22:39

 

 

img075-copie-3

C’est un mot plié sous mon oreiller

 

Que tu as déposé pendant que je dormais

 

C’est ce murmure de toi qui chatouille mes sens

 

Et accroche à mes lèvres ce sourire rouge vermeille

 

Une heure que tu es parti, et je tourne en rond

 

Le temps me semble trop long

 

J’égrène, les minutes, je fais les cents pas….

 

Je m’arrête, je ne sais….

 

Mon portable a sonné, tu as écris: "tu m’as manqué"

 

Le temps suspend son vol

 

Je te retrouve.

 

Dans mon rêve éveillé, tu me couvres de baisers….

 

C’est un brasier qui prend, consumant corps et âmes.

 

Et sous ce ciel d’automne, mon cœur s’est enivré et mon corps enflammé

 

Le temps s’est arrêté, il est juste midi.

 

Je ne suis plus ici, le temps paraît trop gris,

 

 Et mon cœur ne sait plus, il s’est épris.

 

Ma raison déraisonne

 

Je suis en absence…..

 

Je sors, il est quinze heures, le soleil s’est caché.

 

Je ne peux m’abriter, derrière mes verres fumés.

 

Je marche sans savoir où je vais.

 

Je ne sais plus ce que je vois,

 

Je pense à toi.

 

Où es tu donc passé ?

 

Une journée et je n’en peux plus d’attendre…..

 

Inutile d’insister, je rentre et…………

 

Devant ma porte, un bouquet a été déposé

 

Je le respire à pleins poumons, l’air m’a manqué

 

"Tu m’as manqué, tu me manques…..Tu……. "

 

Tu n’as pas continué, mais je sais……..

 

Tu viens d'accrocher sur mes lèvres ce sourire rose fraisier

 

Que tu aimes dévorer......

 

Aujourd'hui, pour toi,

 

J étais tous tes instants

 

J’étais tous les sourires croisés

 

Ma bouche s’est collée sur chaque femme

 

Tellement que tu as même failli les embrasser.........

 

Mon prénom t’obsédait

 

Tu as utilisé mon initial en disant:" non pardon" 

 

Et ça t’a surpris, aussi bien qu’amusé,

 

Quand tu t’es excusé, de t'être ainsi trompé....

 

J'aurai aimé voir leur visage agacé,

 

Quand ils t'ont dévisagé......

 

Tu sentais si distinctement le contact de ma peau,

 

Tu as voulu saisir mes mains pour les embrasser

 

Mais je t'ai souri, je n'étais pas là

 

Tu humais mon parfum à t'en enivrer

 

Tu souriais......

 

J’étais partout où tu étais

 

J’étais l’air qui te frôlait

 

Le courant d’air qui faisait tomber tes papiers

 

Le rayon de soleil qui te caressait

 

Je t'ai fait oublier le froid de l'absence qui soudain t’a glacé

 

J’ai passé cette journée avec toi et je t’ai manqué…..

 

Et Toi,

 

Tu as pris possession de mon âme,

 

Tu as occupé toutes mes pensées

 

Et, tu m'as manqué…….

 

Quelle trop longue journée,

 

Mais la nuit est enfin arrivée et elle est à nous.

 

 

 

P ♥J

 

Repost 0
12 novembre 2013 2 12 /11 /novembre /2013 13:42

img075-copie-2

C’est un mot qui caresse l’âme

 

Quand la vie se joue des drames.

 

C’est l’instant précis où le soleil

 

Hésite, entre lumière et veille.

 

Ce sont les feuilles qui tombent,

 

Et ton regard si sombre,

 

Qui s’éclaire et me trouble,

 

Quand le ciel est trop bleu.

 

C'est un accord, trois notes de musique

 

Perdues par un pianiste,

 

Que le vent trop fripon, porte à mes oreilles.

 

C’est ta main qui se tend,

 

Mon corps qui se défend.

 

C’est ce désir profond,

 

Qui roule et se répand,

 

En tes veines, en ton sang,

 

Et ce rouge si puissant,

 

 Qui frappe dans ta tête.

 

C’est ma main qui se tend,

 

Et qui ton corps surprend,

 

Et l'amour en suspens,

 

Hésite, un instant,

 

Puis oublie, t'envahit, 

 

Il  habite ton sang......

 

Tu t'abandonnes,

 

Quand ton âme se donne.  

 

Ce sont tes yeux si bleus

 

Où je me noie un peu

 

Ce sont tes lèvres gourmandes

 

Qui prennent et jamais ne rendent

 

C’est un cri dans la nuit

 

Quand le monde s’est endormi

 

C’est ………………………….

 

Ton désir troublant qui jamais ne se dément

 

Quand tu prends tout ton temps………

 

Et dans cet espace-temps, apparu un instant

 

Un assaut de tendresse, sous une pluie d’émotion,

 

Quand soudain tu approches, le seuil de la passion.....


 

 

P ♥ J

 

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans poesie
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 01:42

 

img116

 

Sauf que…..Son mari est bien un homme !

 

Oubliant qu’il a lourde part de responsabilité dans la conduite de sa femme, Julian, après avoir découvert la lettre de sa femme, entre froidement dans une colère noire….

 


Sa femme étant sortie, il lui adresse ce message :
 

 

Femme….. (Voilà qui commence fort, vous ne             

trouvez pas?)                    

Je suis scandalisé. Comment as-tu osé me faire                            ça ? (là, je crois que je vais me réveiller,c'est un                                      mauvais rêve!)

Que je te comprenne ? As-tu perdu la raison?

Cette femme est folle ! Tu m’as trompé !

Aucun mot ne peut qualifier ton acte ?               

Comment as-tu osé me faire ça? (voilà qu'il remet                           ça) Je m'absente à peine dix heures et déjà                                tu prends un amant ? Mais d'où sort-il celui-là?                           Tu les as en stock ou quoi ?                                          Mais dans quel monde vis-tus ?                                          

Tu comprendras sans peine, j’en suis certain,                              qu’à cette minute même, je me demande si je peux                        encore être ton époux.  

Dans l'hypothèse peu probable ou                                           je parviendrai à une réponse affirmative ce                              qui voudrait dire que je passerai l'éponge sur                                  ta conduite proprement indigne de moi, et que je te pardonnerai…..Là, on nage en plein délire !   Impossible…..Enfin bon, admettons un instant                       cette hypothèse pour le moins farfelue…..                             Dans ce cas, tu  comprendras aisément                                  que je me verrai dans l’obligation de réfléchir                                au châtiment pour le moins mérité, que je devrai                                t’infliger.

 


Signé :ton mari trop clément, ahuri et                                          totalement scandalisé

 

 

 

 

NB: Entre parenthèse et en blanc, les mots qui traversent l'esprit de Nina à la lecture de ce "message"

 

Nina en découvrant ce message (entre parenthèse et en blanc, les mots qui traversent son esprit à la lecture), se demande s'il s'agit d'une blague….

Pour un peu elle le tournerait dans tous les sens, chercherait au dos, pour trouver..........Elle n'en a aucune idée, c'est juste incroyable!               Seulement, ce message lui est parvenu sur son téléphone portable, vive le progrès!

 

En quel siècle vit son époux ? Un châtiment ? C’est lui qui est fou. Sans compter que, bien entendu, il oublie de parler de Leandro !            

Nina ne va pas en rester là.....Mais pour l'instant, elle réfléchit.

Non, elle réfléchira demain, elle aura tout le temps qu'il lui faudra......... .

 

 

P ♥J       

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans POUR RIRE
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 12:28

img116

 

 

 

Vous savez désormais comment est née la femme de sa vie.

Si vous avez un doute, ou une absence, la réponse est ici

La Femme de Sa Vie: La Naissance.....Inspiration

 

Maintenant, imaginez, une fois née, et sans vraiment y penser, j'ai soudain décidé de la mettre en scène, j'ai donc imaginé une histoire très simple, la plus simple qui soit, le fameux trio maudit, sauf qu'ici, il y a deux hommes et une femme.....Et que.....

Reprenons, elle s'appelle Nina, c'est mignon non? 

Donc Nina est mariée avec Julian.

Ce jour-là, Nina téléphone à Julian, et d'un coup, elle se rend compte qu'il n y a plus personne au bout du fil, son mari a disparu, sans rien dire.

Elle s'en étonne, mais où est-il donc passé ?                                               La suite est encore plus surprenante.

Par l’un de ce fameux concours de circonstances, qui en la matière est toujours des plus incroyable, elle découvre que son mari l'a laissée pour minauder avec un homme, grand séducteur (de femmes) qu'elle a parfois croisé : Leandro.....Que fait son mari avec cet homme ?

N'arrivant pas à joindre son époux, mystérieusement absent, elle décide, de lui laisser une lettre et, se montre plutôt ....Vous verrez bien...

Mon cher mari

Toi qui est l’homme de ma vie, je sais que cette fois-ci tu me comprendras, car……..Comment pourrait-il en être autrement?

Oh, bien sûr, je ne m’attends pas à ce que tu sautes de joie…..Et au final, ce n’est pas très grave…..Ta mauvaise humeur passera, j’en suis certaine…..Et…..Il faut bien avouer que ce que j’ai à te dire, au fond, est somme toute..........Attendu.

Depuis que j’ai découvert que tu m’avais laissée pour courir après cet homme, ce séducteur né, qui je ne sais pourquoi, t’obsède tant, imagine un peu ma surprise, ma peine et mon désarroi, que pouvais-je faire ?

Il fallait bien que j’agisse et reprenne confiance en moi, tu seras d’accord j’en suis certaine, tu sais à quel point je peux parfois douter de tout. Aussi, j’ai pris une décision assez radicale…..J’ai pris un amant……

Je suis persuadée que tu me comprends…..

Je n’avais pas d’autre choix pour retrouver confiance en moi.

Je me suis dit que je devais te le dire, c’est plus correct, n’est-ce pas ?

 

 

 

Signé : Nina, La femme de ta Vie

 

 

A moins que……….Mais non, son mari n’avait au fond rien à lui reprocher….Et puis, la vie est si courte….Elle s’était montrée clémente avec lui, il était donc logique qu’il en fasse de même.............. 

Vous ne pensez pas?...................

 

 

P ♥ J 

Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans POUR RIRE
commenter cet article
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 02:22

 

 

 img116.jpg

 Permettez-moi de vous présenter                                      "La femme de sa vie"

 

Elle est née il y a environ un mois, je crois que c'était aux alentours du            20 09 2013.

Il paraît qu'elle me ressemble un peu....

Un tout petit peu alors, vous ne pensez pas?

Sa "naissance" me fait encore sourire aujourd'hui, tant elle a été particulière.

 

Vous voulez savoir comment elle est née?"            D’où naît l’inspiration ?

Si la question se pose, les réponses sont multiples, suscitées ou non, elles vous cueillent au moment le plus incongru.

Vous pensez que tout ce que j’écris correspond à mes rêves, que ce ne sont que mes émotions, mes sensations, mes sentiments…..

  Trop sentimental peut être ?

 Dans tout ce que j’écris, il est une part de moi

Dans tout ce que j’écris, je suis.

Mais je ne suis pas ce qui est écrit….

 

 Parfois un mot déclenche un texte, un seul mot….      Ce même mot, je peux l’utiliser de façons très différentes.

Si j’écris deux jours de suite à partir du même mot, ce sont deux textes différents, voir opposés que vous pourrez lire…..  A moins que je n'écrive deux versions très proches.

 

Une photo, un tableau, un qui propos, un sourire, une colère, le ciel, un éclair, un enfant………….                                      

 Tout, absolument tout est source d’inspiration………….

 

 

Il y a quelques temps, j’ai saisi la balle au bond, et, pour rire, j’ai créé un personnage.

Je discutais avec un "un ami" qui m’a laissée patienter deux ou trois minutes, pour répondre à un homme.

C'était tellement décalé, que tout était en place pour créer à partir de cet "instant de vie", une femme.....

Et, cette femme est " la femme de sa vie"……                                                                                         Elle pourrait tout aussi bien être la femme de "votre" vie.

 

Ce n’est pas qu'elle n’existe pas, mais, ce qui est certain c'est que celle qui est née ce jour-là, n'est que pure fiction……..

 

Je ne sais pas si ça vous arrive, mais j'adore trouver une personne qui entre dans mon monde imaginaire et le nourrit ou qui me "suit" si j'entre dans son monde, c'est si rare.....Et ô combien précieux....

C'est un peu comme l'écriture à quatre mains, et ......J'adore!

 

Pour quelques jours est née   "la femme de sa vie"  et les dialogues qui ont suivi, restent savoureux....

 

J’ai été heureuse de vous la présenter, et j’espère qu'elle reviendra vous raconter son histoire ou d'autres histoires.....Qui sait.....¨

 

 P ♥J

Repost 0
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 01:32

pixiz 51352a2c364a0

 

 

Un battement de cils, une goutte de pluie,

 

Au coin de ses yeux entrouverts s’accrochait.

 

Figée, elle est cette poupée désarticulée

 

Un jouet cassé, abandonné…..Pieds emmêlés

 

Au bout de son fil, elle git.

 

Plus de vie, plus d'envie, un souffle l’a emporté

 

Sur un croissant de lune, posée, on la devine à peine

 

En transparence, assise, une apparence humaine

 

Transparente, esquisse inachevée, sur son croissant, oubliée, bras ballants..

 

Son corps parait si léger, déserté, inhabité, tout mou….

 

Quelques notes de musique, d’un piano échappées  

 

Et le monde fait semblant ……

 

Il continue de tourner, plus rien ne tourne rond

 

Elle n’est plus qu’un visage sur une vieille photo jaunie …

 

Un souvenir qui dérange...

 

Il la replie et la range dans un grand carton-pâte

 

Il l'enferme sans la voir, ferme la grande boite  sans y penser....

 

Plongée dans le noir, ses yeux sont restés ouverts

 

Au bord de ses cils, une larme écrasée

 

Souvenir d'un instant de vie ....Passé

 

Le ciel s'est obscurci;

 

Dehors, la lune sourit....

 

Ronde, pleine, elle embrase le ciel noir

 

Cette pâle lueur se nourrit de rares flammèches d'espoir

 

La poupée de pluie n’est plus

 

Elle repose, membres en vrac

 

Dans ce grand carton-pâte, ou il l’a négligemment posée

 

 

 

P ♥ J

 




Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans poesie
commenter cet article
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 02:18

 

MOTS.jpg

 

 

Les mots  seraient-ils donc, la source de nos maux ?

Entre sourire et larmes                                

Faut-il que l'on s'alarme                                 

 Quand la vie prend les armes  

Et que l’on perd son âme

Tout ne serait-il donc écrit, que pour un drame ?                                                                                                                                                                                                                                            Les Les mots,

Ne sont que des mots                                          

 Qui flottent au fil de l'eau,

Nos pensées prennent l’eau…

Va-t-on se les mettre à dos ?

 


Si les mots parfois s’emportent,

Quel amour ils nous portent ?.

S’ils savent être caresse,

Quand nous sommes toute tendresse…

Ils peuvent aussi blesser,

Quand ils se font colère,

Sous un fleuve de mots,

Rien ne peut  effacer,

Les mots......

Quand la colère a grondé

Et que tout s’est déversé

De mots en maux

 

Les mots s’enchaînent

Ils s’embrasent,

Ils embrassent,

Ils enlacent,

Ils  tuent

Mais que crois-tu ?

Ils ne sont pas nos maux

Mais les expriment,

Abîment……

 

 

Les mots ne sont que des mots…..

 

 

 

P   ♥ J        Septembre 2013

 


Repost 0
Published by Bella BWSwann - dans poesie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Bella BW SWANN
  • Le blog de Bella BW SWANN
  • : Mon nouveau blog est ici http://bellabwswann.wordpress.com/ Mes articles migrent peu à peu
  • Contact

Hellocoton

Ma Page sur Hellocoton

Retrouvez papillon06 sur Hellocoton

Recherche

J'ai le bouton Hellocoton

Rendez-vous sur Hellocoton !

Archives

Liens